« Purity Garden » … ou un bouquet d’air pur à Shanghai

Récit d’une grande aventure en quatre petits points.

Quelle aventure?

Du IMG_49921er au 18 octobre, j’ai eu la chance de participer à une expérience artistique formidable : une expo collective à Shanghai sur le thème de la photosynthèse regroupant une dizaine d’artistes dont 4 canadiens, des Chinois et des Taïwanais. Le Lujiazui Outdoors Arts Festival se déroulait dans un parc urbain en Chine, au coeur de Pudong, à Shanghai, du 16 au 30 octobre 2015. J’ai donc voyagé pendant 2 jours (les Îles-de-la-Madeleine – Mtl – Toronto – Shanghai, merci le CALQ!), émergé une journée (12h de décalage, aouch!), créé pendant les 7 suivantes, monté l’installation pendant 3 autres (avec beaucoup d’aide), relaxé 1 1/2 journée (ouf!) puis voyagé de retour pendant 2 jours.

En quoi consistait l’oeuvre?

00-Purity_Garden-MPapillon-Shanghai

« Purity Garden », Marianne papillon 2015.

«Purity Garden» est une installation extérieure temporaire traitant de la pollution de l’air de façon poétique. Elle était constituée de 150 grands bambous recyclés, peints et liés les uns aux autres auxquels s’inséraient 2000 masques de protection respiratoire découpés en forme de feuilles de bambou. Au centre était juché un énorme toutou panda en sacs à ordure, lequel allaitait son petit. Vous voulez en voir plus? Cliquez ici pour l’album photo!! 

Quels étaient les défis à relever là-bas?


IMG_4894bLe langage
, bien sûr. Heureusement, Jerry, notre sympathique coordonnateur, parlait anglais. Alors, de mon français québécois à mon anglais moyen, puis de son anglais pas pire à son mandarin, il traduisait, autant que faire se peut… et vice versa.

Les rôles : au départ, ce n’était pas évident de saisir ce qui était attendu de chacun. Mais j’ai finalement assez vite compris que tout passait par mon supérieur immédiat, nul besoin de consulter les autres échelons hiérarchiques. Exprimez-lui un besoin une journée, angoissez en cachette le lendemain, puis une vaste équipe pour y répondre débarquera le surlendemain!


La qualité de l’air :
le smog était assez variable, belles journées entrecoupées d’épisodes de smog très intenses. Une nuit, l’odeur sulfureuse de l’atmosphère m’a réveillée. Ce matin-là, j’aurais bien eu envie de porter un de mes 2000 masques. Mais contrairement à ce qui est véhiculé dans nos médias, dans les faits, ce n’était pas chose si courante que d’en porter un.

La cohérence : il y a tant d’échelons hiérarchiques entre l’initiateur d’un événement et ses exécutants que l’intention de départ peut parfois se perdre en route. Par exemple, au départ, ils recherchaient des projets à base de matériaux recyclés. Mais rendue sur place, il était beaucoup plus simple d’obtenir du matériel neuf que recyclé. J’ai dû faire preuve de détermination pour arriver à rembourrer mon panda géant avec des matières récupérées!

Et quels furent les coups de coeur et découvertes?

IMG_4779L’architecture! Shanghai est un monstre d’urbanisme, les buildings, avenues et grandes places sont tous plus époustouflants les uns que les autres. Mention spéciale à la très girly Pearl Tower!!!

La diplomatie. Jamais, mais jamais, on ne vous fera sentir mal ou ridicule, en Chine. Ils se feront un point d’honneur de vous faire sentir roi et reine!

La gastronomie. Je ne verrai plus jamais un buffet chinois de la même façon. Ni les pattes de poule. Ni les méduses.

Manuela Lalic. Une artiste canadienne sensible et éclatée, co-locataire d’atelier, compagne de voyage et maintenant amie (salut Manu!).

IMG_4940b

Ching-Yao Chen et Michel Beaucage, artistes invités.

Taïwan : oui, les Taïwanais ont ce petit quelque chose d’allumé. Maintenant, Taïwan est-il un pays ou une partie de la Chine? La réponse varie selon que l’on s’adresse à un Taïwanais ou un Chinois… Chose certaine, c’est à un Taïwanais que je dois l’accès inespéré à la webosphère pendant un court instant. Oui, le gouvernement chinois interdit l’accès à Facebook, Google, gmail, Youtube, Twitter, WordPress, Flickr et j’en passe. Mais un Taïwanais, avec son portable taïwanais et son serveur taïwanais, peut bien surfer comme il le souhaite!

IMG_5127Percée écologique: j’ai bien saisi toute l’importance de la sociologie, de l’organisation de nos systèmes, pour faire face aux enjeux écologiques. Les comportements individuels ne sont rien si les structures systémiques permettant leur mise en oeuvre ne sont pas en place. Comment voulez-vous que les milliards de Chinois recyclent s’il n’y a pas de bac de recyclage? C’est aussi simple que cela. Dites-moi maintenant où, au Québec, on nous offre la structure nécessaire pour consommer moins, pour consommer mieux? Tout ne repose pas sur l’individu, même s’il est essentiel à la chaîne.


Un petit dernier:
malgré l’empreinte écologique associée au voyage … j’ai découvert le goût de poursuivre l’aventure!

***

Pour en savoir plus, visitez l’album photo de l’artiste et écoutez l’entrevue à l’émission culturelle de CFIM. L’artiste remercie le Conseil des arts et des lettre du Québec pour l’aide financière au déplacement ainsi que tous les partenaires et membres organisateurs de l’événements.

Photosynthèse à Shanghai

Le « 2015 Shanghai Lujiazui Outdoor Arts Festival », un festival culturel et d’art public à caractère environnemental, se tiendra cette année sous la thématique de la photosynthèse. Cet événement chinois, regroupant une douzaine d’artistes internationaux est organisé par le Shanghai High Noon Art & Culture Center.

Parc Lujiazui, Pudong, Shanghai. Source: http://www.skyscrapercity.com/showthread.php?t=411642&page=6

Parc Lujiazui, Pudong, Shanghai. Source: http://www.skyscrapercity.com/showthread.php?t=411642&page=6

J’y exposerai une petite installation extérieure temporaire spécialement conçue pour l’occasion, dans le parc urbain Lujiazui. Cette oeuvre, intitulée Purity Garden, se situera à mi-chemin entre une allée de bambou – qui capte le CO2 – et une infrastructure industrielle – qui en émet. Cette installation symbolisera à la fois le problème de la pollution de l’air, sa cause et sa solution.

Des masques respiratoires remplaceront les feuilles, rappelant le rôle des espaces verts et de la photosynthèse dans la purification de l’air.

Symbole de protection de l’environnement, un panda fait de plastique recyclé –  allaitant son petit, autant que possible! – sera juché au centre de ces bambous «purificateurs d’air».

Une belle aventure en perspective!

La déforestation chinoise menace le panda, emblème national qui ne s’alimente que de bambou. Pendant ce temps, au Canada, la forêt boréale est menacée par l’expansion des sables bitumineux. Nos deux nations contribuent à la pollution atmosphérique et au réchauffement climatique par leurs activités industrielles, leur consommation croissante et leur déforestation. En 2013, la Chine a offert deux pandas au Canada, démarche diplomatique ayant mené par la suite à des accords de coopération énergétique. Or nos deux pays ont aussi récemment fait des avancées dans les récentes négociations climatiques internationales. Après avoir assisté à cette pratique ancestrale de la «diplomatie du panda», serons-nous bientôt témoin de la «diplomatie de l’air pur»?

Morses lumineux

EXPOSITION │Du 28 février au 10 avril 2015 | AdMare, aéroport des Îles-de-la-Madeleine

MPapillon_cartonMorsesLumineux

Le morse est un mammifère marin qui allaite son petit jusqu’à l’âge de 2 ans. Chassé pour son huile au 16e siècle, il a complètement disparu du Saint-Laurent dès 1800. On le retrouve aujourd’hui seulement dans les contrées arctiques. Quel animal inspirant!

Avec l’oeuvre de dessin installatif « Morses lumineux », un pont entre le passé des Îles-de-la-Madeleine et le présent du Nunavik est proposé. Un sombre igloo en papier aux multiples facettes, lesquelles sont illustrées de morses luminescents, intègre des messages codés, sous forme de traits et de points. Les visiteurs sont ainsi invités à s’approprier le morse, le code comme l’animal. Une performance en morse lumineux, système de communication à distance par signaux de lumière, sera livrée lors du vernissage, envoyant dans l’univers quelques messages aux morses lointains.

«Morses lumineux» à Colis Supect, centre d'artistes Admare. Crédit photo: Yoanis Menge.

«Morses lumineux» à Colis Supect, centre d’artistes Admare. Crédit photo: Yoanis Menge.

Cette œuvre a bénéficiée du support de la bourse Clef 2013 (Caisses populaire Desjardins et Fonds de développement culturel des Îles-de-la-Madeleine) et s’intégre au Rendez-vous loup-marin. Elle s’inspire en partie des images de Mario Cyr est diffusée en complémentarité avec l’exposition à venir « Ivoire dans le noir » au Musée de la Mer des Îles-de-la-Madeleine, du 8 mars au 31 mai 2015. 

Texte de la performance en morse lumineux, Marianne Papillon 8 février 2015.

Texte de la performance en morse lumineux, Marianne Papillon 8 février 2015. Crédit photo: Yoanis Menge.

Machine à lait

Mi-femme, mi-pompe à essence, découvrez la Machine à lait de LACTO-Canada.

Deux biderons pour le prix d’un jusqu’au 26 octobre 2012, en exclusivité chez Lacto-Canada.

 LACTO-CANADA, une initiative en développement durable 100% canadienne. Faites le plein de carburant propre et naturel (régulier ou colostrum) et cumulez un maximum de points Air Milk. Pistolaits anti-fuite, adapteurs libre-service, biderons et unités mobiles auto-suffisantes disponibles. LACTO-CANADA, la force brute du pays au service de la croissance des Canadiens.

EXPOSITION – Machine à lait par Marianne PAPILLON.
Du 15 septembre au 26 octobre 2012.
Vernissage samedi 15 septembre, 10h30. 
Colis suspect – Aéroport des Îles-de-la-Madeleine.

« Marianne Papillon accumule des images et des objets en lien avec les univers du pétrole et de l’allaitement afin de les mettre en relation dans des œuvres hybrides au caractère social et environnemental. Ici, elle les raccorde de manière inusitée pour donner naissance à une machine humanoïde, à un robot laitier. Par le biais de l’espace d’exposition de Colis suspect, l’artiste approfondit son exploration du paradigme énergétique actuel et du fantasme d’abondance, créant ainsi une nouvelle esthétique publicitaire : le « white-washing ». Machine à lait vient peupler l’univers pétrolaitier de l’artiste, engageant sa création vers la sculpture et l’installation. À l’occasion du vernissage, l’artiste exécutera une double-performance : elle procèdera à une démonstration de l’unité mobile autosuffisante de Lacto-Canada et elle distribuera du Choco-lacto canadien aux visiteurs. »

Pour plus d’info, consultez le communiqué ci-joint.

                    Machine : Mot passe-partout qui désigne une personne,
                                      plus rarement une chose.

                                  – Chantal Naud, Dictionnaire des régionalismes du français parlé                                        des Îles de la Madeleine, l’Étang-du-Nord, Éditions Vignaud, 1998

%d blogueurs aiment cette page :