Ras-le-bol

Croyez-le ou non, le déversement de 450 000 L d’hydrocarbure à Sept-Îles serait survenu alors qu’on tentait de transvider du mazout dans un réservoir qui était PLEIN! Alors, mesdames, saisissez l’occasion: apprenez des erreurs des autres.

Sécurité_énergétique_7-Cliff

Débordement prémonitoire? Voir venir et … apprendre de nos erreurs.

Premièrement, lorsque vous exprimez* votre lait, utilisez un contenant vide. Si, en cours de processus, vous constatez un débordement, cessez l’expression du lait maternel. Ne tardez pas avant de nettoyer, vous éviterez de fâcheuses taches. Un point important: n’en faites pas tout un plat. Évitez de mettre des photos du dégât sur facebook, ou alors ne montrez que ce qui a coulé sur la table et omettez ce qui s’est répandu au sol. L’image que vous projetez de vous-même est PRIMORDIALE.

Avez-vous prévu une équipe de secours en cas d’urgence? Qui sait si vous trouverez du personnel qualifié pour vous aider le moment venu? Prévoyez aussi un petit budget hebdomadaire pour acheter des produits de nettoyage, au cas où, et… un dernier conseil: avez-vous pensé à investir dans le papier essuie-tout? En effet, en devenant actionnaire de la solution, vous rentabiliserez les dépenses liées aux éventuels « accidents« .

Il est vrai que la prévention peut contribuer à diminuer la survenue et l’importance des déversements. Mais mesdames, en allaitement comme pour le reste, le risque zéro n’existe pas. Dégât il y aura, assurément, alors… soyez prêtes!

PS: Rassurez-vous, ces préoccupations sont temporaires. Un jour ou l’autre, le sevrage viendra.

*Exprimer: Faire sortir un liquide par pression ; extraire : Exprimer le jus d’un citron. Source: Dictionnaire Larousse

Publicités

Un vernissage pétrolatté

Sucre à la crème de Marie-Hélène et Choco10W30.

Qu’est-ce qui est le plus allèchant? Une cuillérée de lait maternel ou un petit coulis de pétrole? Ces liquides précieux comme l’or nous attirent ou nous repoussent? Nous clâmons leur vertus haut et fort, mais lors du vernissage de l’exposition Exploration mammaire et pétrolière, plus d’un auront reculé devant le prétendu « sucre à la crème de Marie-Hélène », les « chocolats au lait de Geneviève » et le « fromage d’Isabelle ». Et que dire de l’inconfort suscité par le jus de pomme étiquetté « essence sans plomb » et le thé glacé flanqué d’un « diesel »? Environ soixante personnes sont venues au vernissage le 10 février dernier, et malgré tout, peu d’entre eux auront résisté au délicieux breuvage Choco10W30.

Les visiteurs auront été intrigués par cette installation mariant le lait maternel au pétrole, incluant des dessins imprimés sur plastique assemblés en courtepointes pétrochimiques, une plateforme laitière, une vache pétrolière et une station Pétrolait. Elle questionne, à l’ère du pétrole, notre rapport à l’image, au corps et à l’énergie dans l’acte primitif d’alimenter de notre progéniture. Cet or noir et cet or blanc, nous les adorons et les rejetons tout à la fois. Notre rapport à ces liquides idéologiques est paradoxal, empli d’une fortune contaminante et de romantisme belliqueux.

Pour en savoir plus sur le processus et le contenu des oeuvres, assistez à la causerie sur la démarche de l’artiste, ce mardi 21 février à 20h à la Galerie de La grande école. L’exposition se poursuit aux Îles-de-la-Madeleine jusqu’au 1er avril, puis voyagera à New Richmond d’avril à juin 2012. Et… suivez le blogue!

  • Articles récents

  • Thèmes

  • Catégories

  • Follow Lait, pétrole et Papillon on WordPress.com
  • Publicités
%d blogueurs aiment cette page :