Le superlaitier MATERNA GLORIA quitte Sorel-Tracy

Le navire Materna Gloria, gorgé de lait provenant des banques laitières de l’Alberta, a quitté Sorel-Tracy mercredi le 24 septembre vers 5 h. Le navire de 250 mètres de long et 44 mètres de large se dirige vers l’usine de stérilisation de Sarroh, en Italie. Le bateau a un tirant d’eau de 10,4 mètres (partie immergée de la coque), alors que le minimum de fond à Sorel-Tracy est de 10,7 mètres. Il y avait donc une trentaine de centimètres d’écart seulement au moment de son départ, soit l’équivalent d’un bonnet « F » entre la coque et le fond marin.

Éclaboussures en Chambre

Cette circulation de gros navires dans le fleuve Saint-Laurent a fait des vagues à l’Assemblée nationale. Le gouvernement s’est fait demander s’il avait reçu des garanties quant à la sécurité du fleuve et de la population avoisinante.

La réponse du premier ministre a été cinglante, quoique peu précise : « Pourquoi est-ce un problème qu’un navire qui augmente de 32 à 44 mètres de large va d’ouest en est ou d’est en ouest? C’est quoi cette salade? » a demandé monsieur Couillard, médecin et ancien ministre de la santé ayant à coeur la saine alimentation des nourrissons et la promotion du lait maternel.

La première tétée d’une longue série

C’est le premier gros navire transportant du lait des donneuses de l’ouest à emprunter la voie maritime du Saint-Laurent. Il y a un an encore, le gouvernement fédéral interdisait des navires de plus de 32 mètres de large dans cette partie du fleuve. L’arrivée du navire laitier Materna Gloria marque le début d’une grosse série. Selon des chiffres obtenus auprès de sources gouvernementales et de l’industrie, le nombre de navires gorgés de lait pourrait doubler, voire tripler sur le fleuve d’ici à la fin de la décennie. Les ports de Montréal et de Lévis accueilleront à leur tour le lait des généreuses mères de l’ouest.

_ Adaptation libre de «Le superpétrolier Minerva Gloria quitte Sorel-Tracy», d’après les informations de Thomas Gerbet sur Radio-Canada, le 24 septembre 2014.

GUIDE EXPLORATOIRE

Vous êtes invités à visiter l’exposition Exploration mammaire et pétrolière, entre les murs ou sur votre écran (en cliquant sur les mots en rouge!).

Différentes approches d’exploration de l’or noir et de l’or blanc vous sont ici suggérées, autres que verticale ou horizontale, avec ou sans fracture. Car, après tout, chez Pétrolait, ce qui est vachement important, c’est que ça coule.

Abondance salvatrice ou déversement involontaire ?

Approche consensuelle (titre de l’oeuvre : Femme allaitant le monde)

Dites :  « Je suis d’accord ».  Sinon, rejoignez le groupe des opposants.

 

Approche légale (titre de l’oeuvre : Sécurité énergétique)

Identifiez deux infractions commises par des personnes morales ou physiques compromettant la sécurité civile d’un ou des partis et condamnez-les.

 

Approche économique (titre de l’oeuvre : L’offre et la demande)

Propulsez le développement économique de votre région et créez encore plus de richesse en faisant don de votre lait lors de votre prochain achat chez Pétrolait.

 

Approche stratégique  (titre : Fine pointe de la technologie maternelle)

Réduisez votre dépendance au pétrole : carburez au lait maternel.

 

Approche de précaution (titre de l’oeuvre : Mer nourricière)

Identifiez les zones de haute sensibilité où les activités d’exploration et d’exploitation pourraient potentiellement être retardées en cas d’irritation locale.


Approche spirituelle (titre de l’oeuvre : Laitière et pétrolière)

Recueillez-vous et savourez la beauté d’une tétée, d’une tétine et d’une

plateforme. Acceptez le moment présent, laissez l’énergie couler à flots.

Nous vous remercions de votre intérêt et nous vous invitons à commenter votre visite selon une des six approches proposées ci-haut par nos agents de communication. La compilation de l’analyse critique bénévole du public par nos experts sera rendue publique après approbation ministérielle.

Exploration mammaire et pétrolière … en Gaspésie


Vernissage le vendredi 27 avril à 17h

À la Brûlerie du quai de New Richmond

154, boul. Perron, New Richmond, 418 392-4974

 L’artiste sera sur place de 17h à 19h

Découvrez-y la fine pointe de la technologie maternelle ainsi que de nouveaux concepts de sécurité énergétique. Observez une plate-forme laitère et une vache pétrolière. Et expérimentez la loi de l’offre et de la demande en dégustant un délicieux breuvage pétrolatté !

Marianne Papillon illustre la convergence des univers pétrolier et mammaire dans Exploration mammaire et pétrolière. Après une tournée auprès des groupe d’entraide en allaitement de la région Gaspésie-Les-Îles à l’automne 2011, elle y présente une cinquantaine d’images assemblées en quatre grandes courtepointes pétrochimiques. Un diaporama exposant sa démarche et ses installations présentées aux Îles-de-la-Madeleine sera diffusé en permanence en accompagnement des oeuvres murales, à la Brûlerie du quai de New Richmond jusqu’en juin 2012.

Le monde pétrolier et celui de l’allaitement maternel seraient-ils plus rapprochés qu’il n’y paraît? Fluides précieux, sources d’énergie.  Extraction, production. Fuites, panne sèche. Marée noire et montée laiteuse… Lorsque les ressources non renouvelables seront à sec, saurons-nous encore nourrir nos enfants? L’humain viendra-t-il à bout de ses réserves énergétiques ou, au contraire, assisterons-nous à la mise en valeur des ressources maternelles renouvelables?

L’artiste remercie tous les partenaires et participants ainsi que le Conseil des arts et des lettres du Québec et la Conférence régionale des élus de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine. Le point de vue exposé est personnel à l’artiste et ne représente pas nécessairement celui des partenaires et participants.

%d blogueurs aiment cette page :