Parce que la sécurité a plusieurs visages

SONY DSC

Extrait de «Sécurité énergétique», MPapillon 2011

La base de la sécurité énergétique, c’est d’abord de ne pas manquer de jus ou, si vous préférez, de lait. Éviter la panne sèche: entretenir une bonne production et, autant que possible, ne pas séparer le petit de sa source d’énergie maternelle! Sinon, avoir quelques réserves de secours pas trop loin. Mais c’est aussi veiller à ce que le lait, s’il n’est pas bu au sein, ne soit ni périmé ni trop dilué. S’assurer que les fuites de lait soient sous contrôle et que la couche ne déborde pas! Enfin, vérifier que la tétée soit efficace, sans petit bec pinceur ni frein de la langue trop court…

À l’échelle des communautés, la notion de sécurité énergétique, recoupe:
  1. La  garantie d’approvisionnement : l’accès à une source fiable d’énergie  en quantité suffisante pour répondre à des besoins variables.
  2. La sécurité environnementale :  la prise en compte des impacts de l’approvisionnement et de la consommation sur l’environnement, de son extraction jusqu’à son transport, événements accidentels inclus.
  3. L’efficacité énergétique : diminuer les pertes d’énergie, réduire l’énergie requise pour un même service et réduire la consommation d’énergie à la source.

En effet, toute augmentation du prix du baril de pétrole, réduisant la facilité d’approvisionnement, entraînera un regain d’attention pour les programmes d’efficacité énergétique et pour le développement d’énergies alternatives.

De la même façon, toute crise écologique aura un impact sur les choix des collectivités en matière d’énergie, menant à des modifications de leurs modes d’approvisionnement et de consommation.

Somme toute, consommer en moins grande quantité une énergie moins polluante résulte en une meilleure garantie d’approvisionnement énergétique et en une plus grande sécurité énergétique et environnementale.

« Garanti, sécuritaire et efficace! » Joli slogan pour promouvoir… l’allaitement?

Publicités

Combler nos besoins : oui mais comment?


Les énergies renouvelables sont méconnues et en progression constante. Elles sont des solutions d’avenir et vraisemblablement applicables, en partie, dès maintenant.


Les énergies fossiles sont encore disponibles et notre mode de vie en dépend, mais nous serions sages de se les réserver pour assurer la transition vers l’ère post-pétrole plutôt que de les dilapider là où l’on pourrait déjà les remplacer. Nous serions sages aussi de préserver ce qui est encore fertile et de proscrire l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures dans le golfe du Saint-Laurent ainsi que dans tout autre écosystème fragile.

Quoiqu’il en soit, dans un futur imprécis, nous n’aurons plus accès aux ressources fossiles et nous devrons nous y préparer puisque nos besoins essentiels seront menacés. 

Ainsi, nous devons nous repositionner sur nos véritables besoins ET sur la façon de les combler.

Nous devons à la fois identifier nos sphères de dépendance au pétrole et les moyens pour s’en passer, mais aussi les étapes à franchir pour y parvenir.

Cette démarche de transition en est d’abord une personnelle. La démocratie, c’est encore 50% +1 de la population, donc c’est ici que ça commence, en chacun de nous. MAIS, ce sont des enjeux de bien-être collectif, de santé publique et de sécurité civile. On ne peut donc absolument pas risquer de compter uniquement sur les individus pour effectuer les changements requis.

Il y a des enjeux qui sont de niveaux étatiques et, de toute évidence, la transition énergétique en est un. Il est temps que le monde politique s’intéresse aux réels enjeux énergétiques et assume ses responsabilités en matière de planification et de réorganisation.

Alors, qu’allons-nous leur suggérer, à nos élus?

Combler nos besoins : oui mais lesquels?

Nous devons planifier notre organisation énergétique et sociale en fonction de nos besoins et options véritables, et non en fonction de ceux qui nous sont dictés par l’industrie.

Mais quelles sont nos besoins véritables? Être heureux, en santé et en sécurité, cela va sans dire. Et ceci repose d’abord sur nos besoins essentiels que j’identifierais ainsi : une eau saine et accessible, de la nourriture saine et accessible, un abri et la paix sociale. Avons-nous vraiment besoin de décorations de Noël gonflables? Avons-nous vraiment besoin de piscines chauffées? Avons-nous vraiment besoin de développement économique?

Nous avons évolué dans un monde ou l’idéologie néo-libérale et la croissance économique ont été érigées comme des vérités absolues, mais moi je n’y crois plus. Notre monde est fini, et les réserves d’énergies fossiles bon marché aussi. Il n’y aura pas de croissance éternelle.

Bien au contraire, avec les changements climatiques et l’épuisement des ressources mondiales, nous assistons davantage à la destruction du monde qu’à sa croissance. Et ce sont nos besoins essentiels eux-mêmes qui pourraient être bientôt menacés. Les inéquités sociales seront grandissantes et c’est la paix sociale qui est menacée, et donc la qualité de vie et la survie des générations futures.

Alors, quelles sont nos options véritables pour répondre à nos besoins véritables?

  • Articles récents

  • Thèmes

  • Catégories

  • Follow Lait, pétrole et Papillon on WordPress.com
  • Publicités
%d blogueurs aiment cette page :