Comment réduire son stock de pétrole de 50%

IMG_1217

Déversement d’un pipeline d’Hydro-Québec au port de Cap-aux-Meules. Crédit photo: Marianne Papillon

En versant 50% des barils à la mer? Mais non!! En retournant lire le rapport du BAPE sur les nappes phréatiques! Puis en mettant en oeuvre ses recommandations.

Voici quelques extraits du rapport d’enquête sur Les effets liés à l’exploration et l’exploitation des ressources naturelles sur les nappes phréatiques aux Îles-de-la-Madeleine, notamment ceux liés à l’exploration et l’exploitation gazière (Bureau d’audiences publiques sur l’environnement, Gouvernement du Québec, octobre 2013).

p.124-125: L’avenir énergétique aux Îles de la Madeleine 

«L’étude réalisée par la firme Dunsky dans le cadre de la démarche de stratégie énergétique territoriale de la Municipalité des Îles-de-la-Madeleine a pris en compte un scénario intégrant une production locale d’énergie à partir des éoliennes envisagées et d’une production de biocarburants à partir des matières résiduelles. L’étude conclut que ce scénario permettrait une baisse initiale de la consommation de mazout, mais ne ferait que stabiliser la consommation d’énergie primaire pour l’horizon de 2025.

centraleCAM

Centrale thermique d’Hydro-Québec, Cap-aux-Meules, Îles de la Madeleine. Crédit photo: Marianne Papillon

Un deuxième scénario, avec raccordement de l’archipel au réseau électrique d’Hydro-Québec, contribuerait de son côté à une baisse marquée de la consommation de mazout de l’ordre de 90 %. Il réduirait de près de 50 % la consommation de produits pétroliers à l’horizon de 2025 par rapport à celle observée en 2011 »

 « Avis – La commission d’enquête est d’avis que l’agglomération des Îles-de-la-Madeleine, en collaboration avec le MDDEFP et Hydro-Québec, devrait prendre contact avec l’initiative Cradle to Cradle Islands pour établir un partenariat qui pourrait mener à des solutions novatrices basées sur l’expérience et l’expertise des îles participant à cette initiative. Le Fonds vert, administré par le Ministère, pourrait financer un programme pour étudier l’introduction de solutions énergétiques de remplacement. »

p.123: L’électrification des transports 

«Avec un câble sous-marin, une pénétration importante de véhicules électriques entraînerait une baisse de la consommation de carburant et, de là, du besoin en stations-service et en réservoirs de carburant qui sont habituellement souterrains. Rappelons que cinq cas connus de contamination du sol, tous liés à des stations-service d’essence ou à l’entreposage de produits pétroliers sur le territoire madelinot, ont été rapportés par le MDDEFP. »

VE« La commission d’enquête constate que l’électrification des transports aux îles de la Madeleine pourrait contribuer à y diminuer l’utilisation et l’entreposage des combustibles fossiles liquides, réduisant ainsi les risques de contamination des aquifères. »

Cela fera bientôt un an qu’il est sorti, ce brillant rapport où figurent d’ailleurs plein d’autres recommandations. Mais depuis ce temps, Hydro-Québec a annoncé que la durée de vie de la centrale allait être prolongée jusqu’en 2035. Suite aux récents événements, y aura-t-il plus d’ouverture à réduire la consommation d’hydrocarbure aux Îles de la Madeleine?

À vos marques, prêts? Branchés!

Recharger sa batterie aux Îles-de-la-Madeleine… est-ce possible? Eh bien oui! Une borne de recharge publique et gratuite est en fonction sur l’archipel depuis le 31 juillet 2014. Ci-bas le communiqué officiel à cet effet.

VEGrande-Entrée, le 7 du mois de août 2014 – L’Association des véhicules électriques du Québec (AVÉQ), en collaboration avec l’auberge la Salicorne et Attention FragÎles est heureuse d’annoncer qu’une borne de recharge pour véhicule électrique est maintenant accessible au public dans l’Est de l’archipel madelinot.

Depuis quelques années, les Îles-de-la-Madeleine étaient déjà l’hôte de véhicules électriques et de bornes de recharge réservés aux employés d’une institution publique. Il s’agit maintenant d’une borne de recharge pour véhicule électrique accessible aux résidents et aux visiteurs des Îles-de-la-Madeleine.

La plupart des déplacements quotidiens habituels en véhicule électrique peuvent être effectués grâce à une seule recharge nocturne à domicile. Cependant, quand il s’agit de parcourir l’archipel d’un bout à l’autre, la recharge d’appoint peut être requise, d’où la pertinence d’installer une borne à une extrémité. Aussi, les visiteurs planifiant un voyage en véhicule électrique sur l’archipel auront besoin d’un accès à la recharge, idéalement sur un lieu d’hébergement.

Ainsi, la Salicorne est fière d’offrir un service de recharge gratuite aux utilisateurs de véhicules électriques via une borne CS40 de 30 ampères du réseau Éco Route Québec. Les notions de développement durable et de tourisme électrique collent aux valeurs de ce lieu d’hébergement et d’escapades. « La recharge implique que les utilisateurs de véhicules électriques doivent demeurer sur place pendant quelques heures. Un site comme celui de la Salicorne est donc un lieu de prédilection pour offrir restauration et divertissement à cette clientèle » commente Marianne Papillon, représentante régionale de l’AVÉQ.

Selon Pier-Olivier Fortin, directeur par intérim de l’organisme Attention FragÎles, cette démarche est de très bonne augure pour l’environnement des Îles : «Afin de bien profiter de notre magnifique archipel, nos visiteurs ont inévitablement besoin de se déplacer sur des distances considérables. Améliorer l’accès à des recharges pour véhicules électriques est une excellente nouvelle et Attention FragÎles est honoré de s’associer à la démarche ».

L’archipel est maintenant connecté à la grande communauté du transport électrique, comme en témoigne la carte de bornes disponible sur www.plugshare.com. Des rencontres avec les acteurs locaux, des séances d’information et des essais routiers devraient suivre au courant de l’année.

– 30 –

L’Association des véhicules électriques du Québec (AVÉQ) est un organisme indépendant qui repose sur la conscience sociale de ses membres bénévoles. L’AVÉQ a pour mission d’informer et d’éduquer les propriétaires et futurs acheteurs de véhicule électrique, d’améliorer les infrastructures de recharge québécoise et de promouvoir le tourisme électrique. Pour plus d’informations, visitez http://www.aveq.ca.

La Salicorne offre des séjours d’exception aux Îles-de-la-Madeleine. Située dans le village coloré de la Grande-Entrée, la Salicorne offre des services d’hébergement, de restauration ainsi que diverses activités nautiques et culturelles. Entreprise d’économie sociale, la Salicorne intervient dans une vision de tourisme durable qui combine la protection de son milieu, le développement et la création d’emplois.

Attention FragÎles est un organisme de bienfaisance à but non lucratif issu d’un mouvement citoyen et créé en 1988. Par sa mission, il contribue à la responsabilisation environnementale de la population, des acteurs du développement et des visiteurs des Îles-de-la-Madeleine en réalisant, en soutenant ou en encourageant des comportements respectueux de l’environnement. Sa vision : rallier la population des Îles-de-la-Madeleine à l’objectif de garantir la qualité et la pérennité de l’environnement naturel madelinot, prémisses d’un milieu de vie de qualité.

Source:

  • Marianne papillon, Représentante régionale Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine de l’AVÉQ, marianne@aveq.ca
  • Robert St-Onge, Directeur, La Salicorne, 377, Route 199 Grande-Entrée, Québec, info@salicorne.ca
  • Pier-Olivier Fortin, Directeur par interim, Attention FragÎles, action@attentionfragiles.org

Recharger sa batterie aux Îles-de-la-Madeleine

Il n’y a rien de nouveau à venir aux Îles pour y recharger ses batteries. Mais recharger sa pile de voiture électrique pendant qu’on se la coule douce aux Îles, est-ce commun? Victimes des changements climatiques, les Îles-de-la-Madeleine n’auraient-elles pas un rôle à jouer dans l’électrification des transports au Québec?  Réflexion sur le déploiement de bornes de recharge en milieu insulaire en 11 questions & réponses.

Offre_61) Existe-t-il des bornes de recharge aux Îles-de-la-Madeleine? Non, nous n’avons présentement aucune infrastructure accessible au public pour accueillir les visiteurs en véhicule électrique (VÉ)  ni pour supporter les citoyens qui opteraient pour l’achat d’un VÉ. (Mise à jour: Oui! info ici)

2) Alors que font les utilisateurs de VÉ aux Îles? Ils doivent utiliser une prise résidentielle (110V, temps de recharge de 12-16h), la leur ou celle d’un particulier après entente. Ceci peut décourager les utilisateurs de VÉ à choisir les Îles-de-la-Madeleine comme destination. Et les utilisateurs locaux potentiels, faute d’un réseau de recharge adéquat, se tourneront plutôt vers le véhicule à essence.

3) Quelle est l’autonomie de route des VÉ? Variant selon le modèle et l’année, les VÉ ont une autonomie de 100 à 500 km. Par contre, s’il fait froid, si le vent est contraire, si le relief est accidenté ou encore si la vitesse de conduite est élevée, la pile se déchargera plus vite. À noter qu’il en est de même pour les véhicules à combustion qui consomment alors davantage d’essence. L’archipel des Îles-de-la-Madeleine fait environ 90 km d’Est en Ouest. Les petites distances à parcourir pour couvrir l’Île en font un lieu de prédilection pour le développement du transport électrique.

4) Oui, mais l’électricité polluante des Îles-de-la-Madeleine (produite par centrale thermique au mazout) n’annule-t-elle pas les gains environnementaux du VÉ? Un véhicule doté d’un moteur électrique est efficace à 94 % en comparaison à 20 à 35 % pour un véhicule à combustion. Ainsi, l’énergie consommée par le véhicule à combustion est perdue de 65 à 80 %, celle-ci n’étant pas récupérée pour la propulsion même du véhicule. Cette énergie gaspillée s’échappe donc sous différentes formes, soit en chaleur, friction ou combustion incomplète des hydrocarbures. Ainsi, même si un VÉ est alimenté par une centrale au mazout (où les pertes énergétiques sont d’environ 60%), il n’en demeure pas moins que son utilisation est plus avantageuse au niveau des GES que la plupart des véhicules actuellement en circulation.

Voici une adaptation libre du graphique de Pierre Langlois («Rouler sans pétrole»)  qui illustre qu’en rechargeant une voiture électrique avec une centrale au mazout on n’émet pas plus de CO2 qu’une voiture qui consommerait 5 litres/100 km. Dans ce graphique, les émissions sont calculées de la terre aux roues pour une voiture électrique rechargée dans différentes centrales. Les lignes horizontales indiquent les émissions pour différents types de véhicule à essence.

CO2_VE_Centrales5) Et qu’adviendrait-il si la centrale au mazout était convertie? Dans le cas où la centrale actuelle serait bonifiée ou convertie, la production d’électricité émettrait moins de CO2 et le gain environnemental du VÉ augmenterait d’autant. Ex: avec le couplage éolien, la biométhanisation ou la biomasse ou encore en la convertissant au gaz naturel, les émissions de la centrale pourraient diminuer du quart. Avec un câble électrique sous-marin permettant aux Îles d’être alimentées par hydro-électricité, les émissions seraient pratiquement nulles et, conséquemment, celles du VÉ aussi.

Ce faisant, le développement du réseau électrique de transport agirait comme un incitatif sur les instances, comme le Ministère des ressources naturelles ou Hydro-Québec, pour rendre la centrale moins polluante. C’est une façon d’induire l’offre et la demande vers une réduction de notre dépendance au pétrole et vers la réduction de nos émissions de GES.

6) Mais les piles, ne sont-elles pas source de pollution? Lorsqu’elles est changée après 8 à 14 ans, la batterie peut être réutilisée à d’autres fins (ex: raccordée à un panneau solaire) ou encore ses composantes peuvent être recyclées. En vérité, le cycle de vie du VÉ est avantageux pour un milieu insulaire comme le nôtre. En effet, elle contient beaucoup moins de composantes, donc moins de pièces à changer et à faire venir, moins de transport, moins de fluides (ex: aucun changement d’huile, pas de ligne à frein, etc.) et ainsi moins de déchet à exporter et moins de contamination possible.

7) Y aurait-il d’autres avantages locaux à développer un réseau de bornes de recharge? Oui!  Il y a certainement des avantages au niveau de l’image des commerces et institutions offrant ce service. Économiquement, il peut être intéressant pour certaines entreprises ou organismes d’attirer une clientèle de cette façon. En effet, cette clientèle plutôt aisée dispose habituellement d’un plus grand budget pour les achats locaux étant donné que moins d’argent est investi au carburant. Elle dispose aussi de plus de temps sur les lieux de la recharge, ce qui la prédispose à consommer localement pendant cette période. La visite de cette clientèle éco-responsable serait profitable à notre industrie touristique et à notre communauté. Les utilisateurs de voiture électrique voyagent autrement, la notion de « tourisme électrique » commence d’ailleurs à se développer. L’expérience de recharge  est une nouvelle niche à exploiter. Cette clientèle pourrait apprécier de faire la croisière à partir de Mtl; elle éviterait la longue route fragmentée par les multiples périodes de recharge et profiterait d’un temps de qualité aux Îles où une infrastructure électrique pourrait l’accommoder. Le VÉ ne fait pas de bruit, le saviez-vous? La pollution sonore en serait donc diminuée. Aux Îles-de-la-Madeleine, nous avons beaucoup à gagner à développer une infrastructure supportant l’écotourisme.

8) N’existe-t-il pas déjà un projet de réseau public de bornes de recharge? Un programme d‘électrification des transports au Québec est en plein développement mais l’installation de bornes dans les régions éloignées ou isolées ne fait pas partie des priorités annoncées. Le Circuit électrique est le circuit officiel d’Hydro-Québec, il est établi en partenariat avec des organismes et entreprises privées (PJC, Rona, CAA, municipalités, etc.). Le Circuit électrique offre la recharge à 240 V. Leurs bornes proviennent de l’entreprise québécoise ADDénergie au coût d’environ 6000$ et nécessitent des frais de branchement annuels. L’électricité est facturée au propriétaire du VÉ au coût de 2,50$/recharge, payable par carte prépayée de 10$. Leur site web permet de trouver la borne disponible la plus proche. Les municipalités ont été interpellées par le gouvernement pour participer au développement de ce réseau de bornes, elles sont d’ailleurs obligées de commander leurs bornes auprès de ce fournisseur si elles décident d’offrir un service de recharge.

L’écoroute est une entreprise privée de borne de recharge. Elle développe un réseau transcanadien et est présentement en période de recherche pour se déployer dans l’Est du Canada (Déjà 5 bornes en Gaspésie et 40 au N.-B., 18 à l’I.P.É., 17 en N.-É. et 8 à T.-N.-L.). Elle projette actuellement d’installer des bornes aux Îles-de-la-Madeleine. Leur approche est de vendre des bornes de 40A (240V) à plus faible prix (1500$) mais sans frais d’accès annuel. Les propriétaires de ce type de borne offrent alors gratuitement l’électricité à leurs clients, ce qui permet d’attirer une nouvelle clientèle et de la fidéliser. Écoroute se charge de publiciser les lieux de recharge sur son site.

9) Quelle serait la meilleure stratégie de déploiement de bornes de recharge aux Îles-de-la-Madeleine? Nous devons identifier des solutions locales qui sont adaptées à notre réalité géographique, démographique et énergétique. À ce stade-ci, nul besoin de déployer un réseau coûteux et abondant pour une clientèle pratiquement encore inexistante, mais l’autonomie de route avec un VÉ devrait être garantie dès maintenant sur tout l’archipel pour assurer la sécurité des usagers et pour soutenir les efforts d’électrification des transports du Québec et des Maritimes. Il faudrait probablement environ 5 bornes accessibles au public pour une infrastructure fonctionnelle aux Îles. Elles devraient être d’au moins 240V pour permettre une recharge suffisamment rapide (2-4h). L’expérience de recharge devrait être positive, donc dans des lieux accessibles à l’année, avec possibilité de restauration et de divertissement (visites culturelles, plein air, commerces, etc.). C’est dans l’Est de l’archipel que l’autonomie est la plus importante à assurer étant donné la distance de 60 km à partir du centre, mais l’île centrale et l’Ouest devraient aussi être desservis. Si elles répondent à nos besoins, les opportunités actuelles (voir ci-bas) doivent être rapidement saisies. Cette démarche sera plus profitable si elle est faite en concertation avec le milieu, mais toute initiative personnelle ou privée devrait être soutenue dès maintenant. D’éventuels candidats aux élections municipales ou provinciales pourraient proposer de supporter un tel projet, c’est à souhaiter. Cependant, nous aurions tort de les attendre pour avancer. La borne de recharge électrique aux Îles-de-la-Madeleine est un projet à portée de main pour tous ceux qui désirent soutenir le virage vert. À nous de saisir cette occasion.

10) Quels sont les incitatifs financiers si je désire installer une borne ou m’acheter un VÉ? Les habitants des Îles-de-la-Madeleine, entreprises, organismes et municipalités peuvent bénéficier des mêmes incitatifs qu’ailleurs au Québec en souscrivant au Programme « Roulez électrique ». Un remboursement de 8000$ est accordé à l’achat d’un VÉ  (guide d’achat disponible ici). Le programme inclut également une aide financière pour l’achat et l’installation de bornes de recharge de 240 volts (1000$ ou 50% de rabais). Le projet « 400 VE pour le Québec » propose aux entreprises, aux municipalités, aux ministères et aux organismes de se regrouper afin de procéder à l’acquisition par appel d’offre de 400 véhicules électriques ou hybrides rechargeables à usage professionnel. La participation à ce projet rend aussi admissibles au programme « Roulez électrique ». 

11) Je suis intéressé à acquérir et/ou installer une borne de recharge aux Îles-de-la-Madeleine, que dois-je faire? Contactez-moi à marianne@aveq.ca ! De l’information supplémentaire pourra vous être acheminée (l’essentiel est ici). Des rencontres de concertation pourraient aussi s’organiser sous peu. Enfin, la visite d’un représentant de borne s’organise pour effecteur des rencontres individuelles et un achat de groupe. Vous pouvez aussi me laisser un commentaire ci-bas. À bientôt!

D’autres questions? Ou des réponses différentes des miennes? Merci de m’en faire part dans les commentaires. La discussion est lancée!

Le glas de la dépendance

Ce matin-là, après avoir constaté le silence du cadran et la fraîcheur ambiante, pas moyen d’ouvrir notre porte. Barrée par le verglas. Certains diront qu’un demi pouce de glace trônait sur nos cantons, d’autre un pouce et demi. Peu importe : notre réseau électrique était fichu. Les poteaux, tels des dominos, avait cédé pendant la nuit. Et c’est alors que l’ampleur de ma négligence civile et de mon incompétence domestique m’est apparue.

Faudrait tenir quelques provisions, quelque chose qui se mange sans cuisson et quelques bouteilles d’eau. Faudrait avoir plus de piles, une boîte d’allumettes qui peuvent encore s’allumer. Faudrait que les enfants gardent leurs bas aux pieds, et mettent des souliers. Faudrait que le signal lumineux « fuel » ne se soit pas allumé la veille, question de pouvoir déglacer l’auto en prenant notre temps, sans briser la fenêtre. Faudrait savoir quand et comment vider les tuyaux. Faudrait qui fasse moins froid dehors, moins noir le soir.

Heureusement, on a une 2e porte, qui se laisse ouvrir. Heureusement, on a une tente et des sacs de couchage, qu’on peut installer dans le salon pour réchauffer les enfants pendant qu’on coupe l’eau et qu’on protège nos biens au sous-sol. Heureusement, on a un téléphone avec fil qui fonctionne malgré la panne. On a des bons amis qui nous tiennent informés et qui nous invitent au chaud, cinq nuits durant. On a des institutions qui réagissent et une communauté qui se revire de bord.

Les Îles-de-la-Madeleine ont expérimenté un sevrage énergétique soudain pendant les pires froids de l’année. Théâtre d’une solidarité légendaire, les insulaires se seront serrés les coudes, et les monteurs de ligne auront fait des pieds et des mains. Vivre sans électricité en plein hiver? Pff, on s’y ferait, clâmeront certains. En effet, on s’y est fait, pendant 5 jours, parce que nous savions que cela était temporaire.

Ce brusque sevrage électrique, plus qu’une démonstration de notre capacité d’adaptation, témoigne à mes yeux de notre dépendance aux hydrocarbures. Comment sommes-nous venus à bout de cette crise énergétique locale? En chauffant au bois récupéré qu’on allait chercher en auto et en chauffant avec des génératrices qui carburent à l’essence. Puis, en se procurant des denrées 2 fois plus loin parce que la marché d’alimentation du coin était fermé, en empruntant un réseau déglacé à grand coup de machinerie. Pendant ce temps, des équipes de travail d’Hydro-Québec et de la Sûreté du Québec arrivait par avion pour nous « secourir ». Une abondance de véhicules chargés de poteaux et de filage pour monter les nouvelles lignes arrivait par la mer, se tapant le trajet Montréal-Cap-aux-Meules en bateau à moteur. Sans compter les visites ministérielles et autres parades médiatiques aux bilans de carbone ombrageux.

Qu’arrivera-t-il donc lorsque les ressources énergétiques mondiales seront épuisées pour toujours? Comment allons-nous chauffer? Nous procurer nos denrées? Parcourir les distances? Communiquer?  Comment allons-nous nourir nos enfants? (En tout cas, pour celles qui allaitent, ça fait un tracas de moins. Restera tout de même à trouver un moyen d’abreuver la mère avec de l’eau potable.) Caricatural, ce portrait? Oui, bien sûr. Le sevrage énergétique mondial ne se fera pas du jour au lendemain. N’empêche, ça donne le goût de mieux s’y préparer.

L’or noir et l’or blanc

une exposition de Marianne Papillon

Le monde pétrolier et celui de l’allaitement maternel seraient-ils plus rapprochés qu’il n’y paraît? Fluides précieux, sources d’énergie.  Extraction, production. Fuites, panne sèche. Marée noire et montée laiteuse…

Lorsque les ressources non renouvelables seront à sec, saurons-nous encore nourrir nos enfants? L’humain viendra-t-il à bout de ses réserves énergétiques ou, au contraire, assisterons-nous à la mise en valeur des ressources maternelles renouvelables?

Marianne Papillon illustre la convergence de l’allaitement et du pétrole dans Exploration mammaire et pétrolière, une expo bientôt près de chez vous… à moins que vous ne restiez trop loin? Dans un grand centre, par exemple? Détrompez-vous, chez vous aussi on baigne dans l’or noir et l’or blanc.

Îles-de-la-Madeleine : Galerie de La grande école

Vernissage le vendredi 10 février à 17 h

Causerie sur la démarche de l’artiste le mardi 21 février à 20 h

Exposition / installation jusqu’au 1er avril 2012 __ 638, route 199, Havre-aux-Maisons, 418-969-4681

Baie des Chaleurs : Brûlerie du quai de New Richmond

Vernissage le vendredi 27 avril à 17 h

Exposition jusqu’en juin 2012 __ 154, boul. Perron, New Richmond, 418-392-4974

Pour accueillir Exploration mammaire et pétrolière dans votre communauté, communiquez avec l’artiste à ariane3001@hotmail.com.

L’artiste remercie le Conseil des arts et des lettres du Québec et la Conférence régionale des élus de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine pour leur contribution financière ainsi que tous les participants et autres partenaires (Attention FragÎles, Coalition Saint-Laurent, Énergie Alternative, Vaste et Vague, Admare, Nourrissons-Lait, Supportons-Lait, Allaitement Sein-Pathique, La grande école, Brûlerie du Quai et la municipalité des Îles-de-la-Madeleine via la Politique culturelle). Le point de vue exposé est personnel à l’artiste et ne représente pas nécessairement celui des partenaires et participants.

Des options pour réorganiser son île

Population de 13 000 insulaires en plein Coeur du golfe du Saint-Laurent, dépendante du continent pour ses approvisionnements, brûlant du mazout pour s’éclairer, expropriant ses déchets par bateaux, vivant de pêche et de tourisme. Qu’adviendra-t-il de notre paradis, les Îles de la Madeleine, quand le pétrole nous sera rendu inaccessible? Où sont nos sphères de dépendance aux hydrocarbures, les moyens pour s’en passer, mais aussi quelles sont les étapes à franchir pour y parvenir?

C’est la question que je me pose depuis plus d’un an maintenant, depuis mon “choc pétrolier”. C’est avec étonnement et réconfort que j’ai pris connaissance des initiatives de transition qui s’opèrent à travers le monde, ainsi que du mouvement cradle to cradle Island d’où émergent des îles qui sont autonomes énergétiquement. Je vous livre donc ici le fruit, pas encore tout à fait mûr, de mes réflexions sur nos moyens de diminuer notre empreinte écologique et d’augmenter la résilience de notre communauté :

À mon avis, la première cible locale est la conversion de la centrale thermique

  • oui le gaz naturel pourrait être mieux que le mazout, mais l’éolien ou un câble amenant l’hydroélectricité ou exportant l’électricité éolienne serait encore mieux, et que dire du biométhane, de l’énergie marémotrice et du pompage hydraulique éolien?

12e vue de la butte à Mounette, Marianne Papillon

La deuxième cible est la réduction des dépenses énergétiques

  • par une meilleure efficacité (maison isolée, chauffe-eau solaire, etc) ex: il existe des maisons à consommation zero, qui se chauffent par la chaleur humaine, animale et les petits appareils électroniques, toute perte de chaleur étant récupérée et la maison étant parfaitement isolée.
  • par une meilleure organisation sociale (transport collectif optimisé, réseautage de ressources par canton, occupation du territoire…) ex : l’étalement urbain, c’est aussi une réalité des milieux ruraux. Nous gaspillons beaucoup de ressources à éloigner nos logements les uns des autres.

Exemples de projets possibles aux Îles-de-la-Madeleine pour réduire notre dépendance aux hydrocarbures :

  • optimiser le transport en commun,
    • avec une énergie non fossile pour les véhicules demeurant sur les Îles (ex: électrique, gaz, air comprimé)
    • le rendre bcp plus accessible : aux 30 minutes, sans besoin de réserver, itinéraires sur chemins secondaires aussi.
    • optimiser le transport en commun pour le transport hors des Îles aussi (autobus et covoiturage)
    • instaurer un réseau officiel de co-voiturage des Îles-de-la-Madeleine par internet et/ou dans chaque organisation (ex : travail, garderie, loisir).installer des bornes de recharge électrique pour les véhicules, une fois la centrale convertie,
  • gestion des déchets générant de l’énergie (biométhanisation, incinérateur avec récupération de chaleur & transformation en énergie sous le principe du moteur à vapeur)
  • soutenir la création d’une entreprise ou expertise en géothermie et solaire pour conversion commerciale et domestique,
  • favoriser la proximité géographique pour les clientèles de différents services, ex: garderie,
  • valoriser la transmission des connaissances en matière d’activités de subsistance (pêche, cueillette, élevage, agriculture, voile, tissage),
  • enseigner le jardinage et la permaculture (agriculture à l’année, dans nos habitations),
  • favoriser l’allaitement maternel,
  • installer des voies cyclables et des racks à bicyclettes massivement
  • contrer l’étalement urbain par un programme d’aménagement territorial, favoriser les immeubles à logement et les coopératives d’habitation,
  • limiter le déboisement, augmenter les efforts de reboisement.

Quelles sont VOS idées d’adaptation sociale et énergétique?

Combler nos besoins : oui mais comment?


Les énergies renouvelables sont méconnues et en progression constante. Elles sont des solutions d’avenir et vraisemblablement applicables, en partie, dès maintenant.


Les énergies fossiles sont encore disponibles et notre mode de vie en dépend, mais nous serions sages de se les réserver pour assurer la transition vers l’ère post-pétrole plutôt que de les dilapider là où l’on pourrait déjà les remplacer. Nous serions sages aussi de préserver ce qui est encore fertile et de proscrire l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures dans le golfe du Saint-Laurent ainsi que dans tout autre écosystème fragile.

Quoiqu’il en soit, dans un futur imprécis, nous n’aurons plus accès aux ressources fossiles et nous devrons nous y préparer puisque nos besoins essentiels seront menacés. 

Ainsi, nous devons nous repositionner sur nos véritables besoins ET sur la façon de les combler.

Nous devons à la fois identifier nos sphères de dépendance au pétrole et les moyens pour s’en passer, mais aussi les étapes à franchir pour y parvenir.

Cette démarche de transition en est d’abord une personnelle. La démocratie, c’est encore 50% +1 de la population, donc c’est ici que ça commence, en chacun de nous. MAIS, ce sont des enjeux de bien-être collectif, de santé publique et de sécurité civile. On ne peut donc absolument pas risquer de compter uniquement sur les individus pour effectuer les changements requis.

Il y a des enjeux qui sont de niveaux étatiques et, de toute évidence, la transition énergétique en est un. Il est temps que le monde politique s’intéresse aux réels enjeux énergétiques et assume ses responsabilités en matière de planification et de réorganisation.

Alors, qu’allons-nous leur suggérer, à nos élus?

Combler nos besoins : oui mais lesquels?

Nous devons planifier notre organisation énergétique et sociale en fonction de nos besoins et options véritables, et non en fonction de ceux qui nous sont dictés par l’industrie.

Mais quelles sont nos besoins véritables? Être heureux, en santé et en sécurité, cela va sans dire. Et ceci repose d’abord sur nos besoins essentiels que j’identifierais ainsi : une eau saine et accessible, de la nourriture saine et accessible, un abri et la paix sociale. Avons-nous vraiment besoin de décorations de Noël gonflables? Avons-nous vraiment besoin de piscines chauffées? Avons-nous vraiment besoin de développement économique?

Nous avons évolué dans un monde ou l’idéologie néo-libérale et la croissance économique ont été érigées comme des vérités absolues, mais moi je n’y crois plus. Notre monde est fini, et les réserves d’énergies fossiles bon marché aussi. Il n’y aura pas de croissance éternelle.

Bien au contraire, avec les changements climatiques et l’épuisement des ressources mondiales, nous assistons davantage à la destruction du monde qu’à sa croissance. Et ce sont nos besoins essentiels eux-mêmes qui pourraient être bientôt menacés. Les inéquités sociales seront grandissantes et c’est la paix sociale qui est menacée, et donc la qualité de vie et la survie des générations futures.

Alors, quelles sont nos options véritables pour répondre à nos besoins véritables?

Exploration mammaire et pétrolière

Le pétrole et le lait maternel sont deux liquides complexes aux vertus miraculeuses. Ces fluides d’origine naturelle ont des propriétés fascinantes et des rapports insoupçonnés.

Le gisement Old Harry, le pétrole gaspésien, le forage arctique et les sables bitumineux représentent des fantasmes d’abondance et de suprématie technologique. Ils me préoccupent et m’inquiètent particulièrement depuis la marée noire du golfe du Mexique. Mais malgré les impacts environnementaux et l’épuisement des réserves pétrolières mondiales, il est difficile de dire non à l’exploitation du pétrole, source de richesse, d’énergie et de confort.

Exploration mammaire et pétrolière

En fait, le tout premier fantasme de confort et d’abondance, c’est peut-être celui du lait maternel. Nouveau-né avide de chaleur et d’énergie, mère déployant sa tuyauterie lactifère et épongeant un trop-plein fuyant. Mais cet idéal aussi se bute à quelques imperfections, je le constate depuis des années comme marraine d’allaitement. Malgré leur bon vouloir, des mères sont confrontées à une insuffisance de lait, leur production ne répondant plus à la demande. D’une certaine façon, le pétrole s’est substitué au lait maternel dans notre civilisation par l’extraction industrielle du lait de vache, par sa transformation, et par l’emballage et le transport d’un lait maternisé administré dans des contenants en plastique et en latex.

Qu’adviendra-t-il à l’ère post-pétrole, lorsque les ressources naturelles non-renouvelables seront à sec? Saurons-nous encore nourrir nos enfants? L’humain, qui ne vit plus comme un mammifère omnivore mais plutôt comme un consommateur énergivore, viendra-t-il à bout de ses réserves mondiales de lait maternel ou, au contraire, assisterons-nous à la « mise en valeur des ressources maternelles renouvelables« ?

Je prépare actuellement une exposition où la convergence des univers pétroliers et mammaires sera explorée. Les oeuvres finales devraient être exposées aux Îles-de-la-Madeleine (Galerie de La grande école) et en Gaspésie (Brûlerie du quai de New Richmond) à l’hiver 2012. D’autres lieux d’exposition pourraient s’ajouter.

Je recherche donc des volontaires allaitantes pour poser au château-résidence de Vaste et Vague à Carleton-sur-Mer, les 29-30 septembre et 2-3-4 octobre, ainsi qu’aux Îles de la Madeleine en octobre 2011. J’éxécuterai aussi une séance de dessin de modèles allaitants au Défi Allaitement de Amqui le 1er octobre AM. Intéressées, prenez RV avec Marianne Papillon par courriel à ariane3001@hotmail.com.

Aussi recherchés aux fins du projet : accessoires usagés d’allaitement et de soins aux nourissons, fonctionnels ou non (ex.: don de tire-lait, compresses d’allaitement, soutien-gorge, téterelle, tétine, biberon et divers accessoires de soins aux bébé). Une boîte de dons pour ces accessoires sera disponible lors des activités des groupes d’entraide Allaitement Sein-Pathique, Nourrissons-Lait et Supportons-Lait.

Cet appel à la communauté s’inscrit dans une démarche artistique professionnelle en préparation du projet Exploration mammaire et pétrolière et dans le cadre de la Semaine mondiale de l’allaitement maternel.

Le printemps des nourrices

Ça y est, un des plus vieux statut du monde refait surface : celui de nourrice. C’est mon ami de lait James Akré qui le dit : « le phénomène qui a commencé à apparaître il y a six mois seulement – le partage de lait maternel de mère à mère, via l’Internet, sans visée commerciale – me frappe par sa similitude avec la chute du Mur de Berlin en 1989 ou le Printemps arabe de 2011. »

Du lait humain pour les bébés humains. Sans plus. Pas de lutte, pas de bataille… mais pas de permission. Pas de production industrielle, pas d’exploitation commerciale… mais pas glamour.

Juste des mamans, qui donnent du lait à des bébés. Mais en groupe, et sans l’assentiment des autorités sanitaires. Les mamans et les nourrices demandent maintenant qu’on les laisse faire ce qu’elle jugent être le mieux, considérant les risques de transmission de maladie bien inférieur aux risques de toute sorte du lait commercial.

James a dit : « Faisant la preuve de leur conscience aiguë de la façon dont leurs bébés devraient être nourris, ces mères expriment aussi avec éloquence les recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé sur l’alimentation des nourrissons et des jeunes enfants, avec sa hiérarchie nutritionnelle explicite, en place depuis 1986 : le lait au sein la mère, le lait exprimé de sa propre mère, le lait d’une autre mère en bonne santé, le lait maternel venu d’un lactarium et, pour finir, le lait industriel. »

Quand nous entrerons véritablement dans une crise énergétique, et que le la production, la transformation, l’emballage et le transport du lait commercial sera rendu inaccessible aux homos sapiens que nous sommes, nous trouverons peut-être plus naturellement des nourrices dans le voisinage. Pour l’instant, mesdames, naviguez!

%d blogueurs aiment cette page :